Intoxication du chien par le glyphosate (herbicide)


CONDUITE À TENIR EN URGENCE

Administrer du charbon activé. Il est très efficace mais il faut l’administrer avec précaution pour éviter des fausses routes. En raison du caractère irritant pour les muqueuses digestives, il ne faut pas faire vomir le chien. Donner de l’eau à boire et laver le chien à l’eau en cas de projections importantes sur la peau et les poils. En cas de contamination oculaire, rincer les yeux abondamment (10 minutes) avec du sérum physiologique ou de l’eau.

Après ces premiers gestes, une consultation en urgence chez le vétérinaire est prudente. Dans la mesure du possible, prendre l’emballage du produit suspecté pour le montrer au vétérinaire.

 GRAVITÉ

Urgence vétérinaire relative le plus souvent et en fonction de l’importance de la contamination, l’âge et l’état de santé du chien. Le pronostic est généralement bon, avec une régression des signes cliniques en 24 à 48 heures.

PRINCIPAUX SYMPTÔMES ET MÉCANISMES D’ACTION

Chez le chien, la dose létale moyenne (DL 50) est de 100 mg/kg. Les signes surviennent entre 30 minutes à 2 heures après l’ingestion du produit ou de l’herbe qui vient d’être traitée.

Ils sont dominés par :

  • Des troubles digestifs, consécutifs au pouvoir irritant du produit sur les muqueuses : hypersalivation, difficultés à déglutir, gingivite, vomissements parfois hémorragiques ou diarrhée.
  • Des troubles oculaires en cas de projection : irritation, conjonctivite, larmoiement, ulcère de la cornée.
  • Moins fréquemment, des troubles nerveux : prostration, ataxie, tremblements musculaires.

 VÉTÉRINAIRE À DOMICILE – SERVICE D’URGENCE VÉTÉRINAIRE

Si votre vétérinaire traitant est ouvert, c’est bien évidemment l’interlocuteur privilégié. En son absence, pour ce type d’urgence, une consultation sans délai dans un service d’urgence est indispensable. En effet, une surveillance vétérinaire prolongée doit être mise en place, un traitement de l’état de choc, des examens complémentaires (radiographies, …) sont nécessaires, …

HOSPITALISATION

Rarement nécessaire sauf dans les cas graves ou sur des chiens âgés, fragiles, …

A VOIR AUSSI


  • • Mon chien a joué avec des chenilles processionnaires

    Les chenilles processionnaires (Thaumetopoea pityocampa) colonisent les pins dans de nombreuses régions, y compris en Ile de France. En mars-avril, les chenilles descendent des arbres en une longue procession pour aller sʼenfouir dans le sol plusieurs dizaines de mètres plus loin. Les chenilles sont recouvertes de poils extrêmement urticants. Ils se détachent facilement dès que la chenille est inquiétée, libérant une substance très irritante. Surtout, ne jamais toucher les chenilles avec les mains.

  • • Intoxication par l’antigel chez le chien

    C’est une intoxication plus fréquente en hiver.

    L’éthylène glycol se présente sous la forme d’un liquide sirupeux à la saveur sucrée, ce qui attire généralement les chiens. Il est utilisé dans les circuits de refroidissement des voitures, les circuits de chauffage central, divers systèmes de réfrigération. Des additifs amers sont souvent ajoutés pour limiter le risque d’intoxication des enfants et des animaux.

    Le produit est responsable d’une irritation digestive. Il ne faut pas faire vomir l’animal.

  • • Intoxication du chien par le laurier-cerise
  • • Intoxication par l’oignon, l’ail, l’échalote et les poireaux chez le chien

    L’oignon (Allium cepa) est responsable d’intoxication chez le chien, comme d’autres plantes de la même famille : poireau, ail, échalote, etc. Cru ou cuit, l’oignon est toxique pour le chien. La dose toxique est de 5 à 10 g d’oignon par kg, soit environ 1 oignon pour un chien de 10 kg.

    Bien prise en charge, l’intoxication du chien par les oignons est rarement mortelle mais le chien peut mettre plusieurs jours à récupérer.

     

URGENCES 24h/24 - 7j/7

01 49 85 83 00