Syndrome hépato-cutané ou dermatite nécrolytique superficielle du chien



Qu’est-ce que le syndrome hépato-cutané du chien ?

Le syndrome hépato-cutané du chien est également appelé dermatite nécrolytique superficielle (DNS), érythème nécrolytique migrant ou nécrose épidermique métabolique

Le syndrome hépato-cutané du chien est un syndrome paranéoplasique rare. Il se traduit par une nécrose cutanée, secondaire à une hépatopathie (maladie du foie) ou un glucagonome (tumeur pancréatique sécrétant du glucagon).

Le mécanisme responsable de cette affection est inconnu. Une chute importante du taux de plusieurs acides aminés pourrait être responsable d’un manque de certaines protéines de l’épiderme et de la nécrose cutanée. Le glucagon interviendrait également sur la destruction des acides aminés.


Prédispositions raciales au syndrome hépato-cutané du chien

Les chiens mâles sont surreprésentés.

Certaines races de chiens sont considérées comme présentant une prédisposition telles que : Border collie, Cocker spaniel, Lhassa apso, Scottish terrier, Shetland et West Highland white terrier.


Signes cliniques du syndrome hépato-cutané du chien

Les chiens sont généralement âgés de plus de 10 ans.

Des signes généraux (abattement, polyurie-polydipsie, ictère, anorexie, amaigrissement) sont fréquents.

Les lésions cutanées sont précoces et justifie une consultation spécialisée de dermatologie.

Le plus fréquemment rencontrées sont des plaques d’érythème, des croûtes et des ulcérations aux points de pression (coudes, tarses, abdomen), au niveau des jonctions cutanéo-muqueuses (babines, paupières, nez, périnée, prépuce, vulve) et des coussinets plantaires.

Lésions érythémateuses et crouteuses chez un chien souffrant d’un syndrome hépato-cutané (ou érythème nécrolytique migrant).
Lésions érythémateuses et crouteuses au niveau des coussinets d’un chien souffrant d’un syndrome hépato-cutané (dermatite nécrolytique superficielle ou DNS).

Ces derniers présentent une importante hyperkératose, souvent douloureuse et pouvant faire boiter le chien, voire l’empêcher de se déplacer.

Des affections secondaires telles que pyodermite bactérienne ou dermatite à Malassezia sont fréquentes.


Comment confirmer le diagnostic de syndrome hépato-cutané du chien

Le diagnostic se fait généralement à l’occasion d’une consultation spécialisée de dermatologie.

Les commémoratifs, l’aspect des lésions, leur localisation, … conduisent à une suspicion mais des examens complémentaires sont nécessaires pour éliminer d’autres affections cutanées pour lesquelles les lésions peuvent être confondues avec un syndrome hépato-cutané (érythème polymorphe, réaction médicamenteuse, pemphigus foliacé, lupus érythémateux systémique, dermatite de contact, démodécie, dermatophytose, dermatose répondant au zinc.

Les biopsies cutanées et leur examen histologique mettent en évidence des lésions évocatrices (dites en cocarde « bleu-blanc-rouge ») qui conduisent à rechercher une tumeur du foie ou du pancréas. L’échographie de l’abdomen est alors l’examen le plus adapté. Lors d’atteinte hépatique, les lésions « en nid d’abeille » sont très évocatrices. L’échographie de l’abdomen permet également de faire un bilan d’extension pour rechercher des métastases.

Echographie du foie d’un chien souffrant d’un syndrome hépato-cutané (ou nécrose épidermique métabolique)

Des modifications de plusieurs paramètres sanguins sont possibles mais non spécifiques.


Traitement du syndrome hépato-cutané du chien

Lors de tumeur pancréatique, la chirurgie peut être envisagée. Un cas de guérison complète après l’exérèse d’une tumeur pancréatique est rapporté.

Si la chirurgie n’est pas envisageable un traitement médical reposant sur régime alimentaire adapté (riche en protéines de haute qualité) peut permettre d’améliorer les lésions cutanées. Néanmoins, lors de certaines formes (encéphalose hépatique), il peut être déconseillé.

Certaines molécules inhibant la sécrétion du glucagon peuvent aussi être utilisées, tout comme des injections intraveineuses d’acides aminés.

En cas de surinfection cutanée, des anti-infectieux peuvent être nécessaires.


Pronostic du syndrome hépato-cutané du chien

Le pronostic est généralement très réservé à court terme, la durée moyenne de survie étant de 5 mois après l’apparition des premiers signes cliniques. Les traitements les plus récents laissent espérer une survie pouvant atteindre 2 ans.

Références

  1. OUTERBRIDGE CA, MARKS SL, ROGERS QR – Plasma amino acid concentrations in 36 dogs with histologically confirmed superficial necrolytic dermatitis. Vet. Dermatol., 2002, 13, 177–186.
  2. TORRES SMF, CAYWOOD DD, O’BRIEN TD, O’LEARY TP, MCKEEVER PJ – Resolution of superficial necrolytic dermatitis following excision of a glucagon- secreting pancreatic neoplasm in a dog. – J. Am. Anim. Hosp. Assoc.,1997, 33, 313-19.
  3. TROTTIER G, DUNN M, JAHAM C. Syndrome hépatocutané (Dermatite nécrolytique superficielle) chez le chien. – Med. Veterinaire Quebec, 2002, 32, 33–34.
Plus d'infos

Pour toutes informations supplémentaires ou pour contacter un vétérinaire spécialiste

Nous contacter

Glossaire